Partage

En juin 2022, Elon Musk rappelait tous ses collaborateurs au bureau au moins 40h par semaine sous peine de licenciement express. Cette prise de position, partagée par d’autres géants de la tech a fait le tour des réseaux, et vient questionner la pérennité du télétravail, alors que les salariés y sont favorables dans sa version hybride :  d’après un sondage réalisé par la CGT, en partenariat avec la Direction des études et des statistiques du ministère du Travail (DARES), 98% des salariés sont en faveur du télétravail 2 à 3 jours par semaine au maximum. Le travail hybride n’est-il qu’une tendance en progressive perte de vitesse ou un mouvement plus profond qui va durer encore des années ?  

Un mouvement amorcé bien avant la pandémie 

Le travail hybride bat aujourd’hui son plein : il a séduit de nombreuses entreprises et collaborateurs et continue de le faire. Selon Forbes, 52% des collaborateurs dans le monde envisage de changer de travail au profit d’un emploi en télétravail complet ou en travail hybride cette année.  

L’arrivée du télétravail date d’avant la pandémie de Covid-19, même si celle-ci a considérablement accéléré son déploiement dans les entreprises. On estime que la première personne a avoir « télétravaillé » l’a fait… en 1950 ! Norbert Wiener, précurseur de la cybernétique a supervisé les travaux d’un chantier américain en restant en Europe. C’est dans les années 1990 que le télétravail obtient plus de visibilité, en étant mentionné au G7 en 1995 et encadré par des accords en 2002 puis en 2017.  

Le travail hybride, est-ce que ça marche ? 

Le télétravail est-il avantageux pour les entreprises et les collaborateurs ? Du côté des entreprises, il semblerait que oui. Un étude de l’université de Stanford a suivi 16 000 collaborateurs travaillant à distance pendant 9 mois et a observé une augmentation de leur performance de 13 %.

Ce qui concorde avec différents témoignages de collaborateurs ayant choisi le travail à distance ou le travail hybride : ils travaillent en fait plus et plus longtemps que lorsqu’ils se rendent au bureau quotidiennement.  

L’avenir du télétravail 

Selon le Forum Economique Mondial, le télétravail aura encore la part belle durant les prochaines années. En effet, 80 % des entreprises travaillent sur la numérisation des processus de travail et le déploiement de nouvelles technologies, pour notamment adopter le travail à distance. Et le rapport souligne également que pour les employeurs, 44 % de la main d’œuvre actuelle pourrait continuer de télétravailler de chez elle. Le cabinet de conseil BCG soutient cette thèse de la durabilité du travail hybride dans sa dernière étude sur le sujet : de plus en plus de métiers et de postes se dirigent vers un mode de travail hybride.  

La jeune génération ne veut pas de 100% présentiel 

Selon « People at Work 2022 : l’étude Workforce View », publié en juillet 2022 par l’ADP Research Institute, les jeunes entre 18 et 24 ans sont majoritairement plus enclins à travailler dans un mode hybride, voire 100% télétravail plutôt que de revenir à un format 100% présentiel. 23 % d’entre eux ont déjà démissionné d’un poste suite à l’obligation de travailler à 100 % en présentiel et plus de la moitié, 53 %, déclarent être prêts à démissionner si leur entreprise ne propose aucun télétravail.  

L’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, le défi du travail hybride 

Travailler plus, mais vivre mieux. Voilà comment beaucoup résument le paradoxe du travail hybride : des horaires de travail élargis, car il est fréquent de commencer plus tôt, de finir plus tard en télétravail, voire de répondre à des messages, mails, en dehors des heures traditionnelles de bureau. Et en parallèle, une amélioration notable de la qualité de vie, avec la réduction des temps de transports, la possibilité de travailler un peu plus à son rythme, au calme loin des open-spaces bruyants et plus près de ses proches. 

 Le travail hybride n’est performant qu’avec les bons outils 

Pour rester performant et faciliter la vie de ses collaborateurs, le travail hybride doit être soutenu par les outils adéquats : personnalisés, collaboratifs, robustes et sûrs. Les solutions de Collaborative Work Management (CWM) par exemple permettent de rassembler tous les projets, données, informations au sein d’une seule plateforme centralisée. La solution de CWM One2Team s’intègre nativement avec Microsoft Teams et avec des outils tiers : chaque entreprise retrouve ses process et ses terminologies métiers dans la plateforme, simplement. Chaque utilisateur a accès à ses tâches, aux informations à jour, fiables et en temps réel.  

Pour en savoir plus sur le Collaborative Work Management at Scale, contactez-nous ! 

 

One2Team collects cookies to enable the proper functioning and security of our website, and help us offer you the best possible user experience. By clicking on Accept cookies, you consent to the use of these cookies. You can change your cookie settings at any time. For more information, please read the One2Team policy page.

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.