Partage

Toutes les entreprises n’ont plus qu’un mot d’ordre : accélérer !
Cette nouvelle tendance est le fruit d’une complexification du marché et d’une intensification des acteurs. Ce constat se fait sur la quasi-totalité des secteurs d’activités – de la distribution à l’informatique, en passant par l’énergie et l’aéronautique. Certaines solutions pour mettre en place cette fameuse accélération se situent au niveau organisationnel ou financier. Mais certains estiment que la réduction du Time-to-Market est un levier à ne pas négliger.

Les industriels dépendants d’une activité continue d’innovation en sont généralement friands mais sont généralement assez mal pourvus pour mener à bien l’évolution de leurs méthodes de pilotage d’activité. Pourtant, mettre sur le marché une nouvelle innovation en avance sur ses concurrents est un facteur qu’on pourrait définir comme « vital » pour certains (voyez par exemple la guerre que se livrent les constructeurs automobiles sur la voiture autonome).

Le fameux délai entre l’émergence d’une nouvelle idée et sa mise effective sur le marché devient alors une nouvelle quête du Graal industriel et il existe aujourd’hui des moyens concrets et des bonnes pratiques pour développer et monitorer cette activité soudainement devenue stratégique.

Nous avons déjà abordé ce sujet dans un précédent article « 5 leviers de réduction du Time-to-Market ». Nous allons voir à présent les raisons qui font que OUI, la réduction du Time-to-Market doit être une priorité stratégique pour les entreprises.

Le time-to-market, une arme contre la concurrence

La concurrence a mauvaise réputation – à tort – car c’est finalement un formidable moteur d’innovation et de modernisme. En effet les acteurs industriels se doivent d’être agiles et en constante recherche de perfectionnement et d’optimisation de leurs process. Véritable course contre la montre, la capacité de certains à proposer au marché une solution ou un produit avant ses concurrents lui donne immédiatement un avantage économique et une légitimité sur l’innovation proposée. Par exemple, en proposant au marché le premier smartphone, Apple a bénéficié de cette image de pionnier de la téléphonie moderne pendant de nombreuses années.  Toyota a également été un des premiers constructeurs automobiles à proposer des motorisations hybrides et reste aujourd’hui une référence en la matière.

L’étude menée par ATFORD Consulting sur la performance des projets d’innovation industriels souligne qu’un contexte fortement concurrentiel incite à la mise en place de mesures pour la réduction du Time-to-Market.

Dans un contexte de concurrence accrue sur son marché premium, le cycle d’innovation et d’introduction de nouveaux produits est clé pour conserver ses parts de marchés et en capturer de nouvelles […]. Elles impliquent la mise en place de nouveaux principes d’organisation et de fonctionnement pour procurer réactivité et efficience sur un marché de plus en plus tendu. »

La transformation organisationnelle et l’optimisation des process internes sont donc 2 puissants leviers d’accélération du Time-to-Market dont les impacts se concrétisent en termes de part de marché, et de Chiffre d’Affaires.

Innover, c’est investir… accélérer, c’est rationaliser ses coûts

Les projets d’innovation produits ont un coût élevé comparativement à d’autres projets. Leurs process et étapes de R&D représentent la majeure partie de ces coûts. Dans le secteur pharmaceutique par exemple, les délais du time-to-market sont entre huit à douze ans, et les projets ont un coût d’un milliard d’euros en moyenne chacun. Vouloir réduire leur Time-to-Market sous-entend donc une refonte et une optimisation des process. Le résultat final étant une réduction substantielle des coûts. 

Un article du Dynamique –mag, précise que :

On estime que 40 % des ressources des sociétés sont gâchés par des tâches répétées inutilement, les pesanteurs administratives et une gestion inadaptée des informations. Optimiser son time to market permet de réduire les coûts et de gagner du temps, en revoyant notamment son management. En sortant des produits plus rapidement, l’entreprise peut obtenir de meilleures marges, prendre de vitesse ses concurrents et saisir les opportunités de croissance. »

La couche réglementaire : la cerise sur le gâteau !

Tous les marchés sont régis par des obligations légales auxquelles les industriels doivent se plier. Réduction énergétique, accessibilité, durée des brevets… autant de « contraintes » qui font que les innovations et le Time-to-Market associé deviennent des critères forts de rentabilité pour l’entreprise. En reprenant l’exemple du secteur pharmaceutique, la loi sur les médicaments génériques autorise la production « générique » des médicaments dès la fin du brevet. Autant dire que les laboratoires ont tout intérêt à commercialiser le plus rapidement possible leurs médicaments sitôt le brevet déposé. Le Time-to-Market prend ici tout son sens et plus celui-ci sera long, plus les laboratoires « perdront » de l’argent. Un article de recherche de STP Pharma Pratiques précise que :

On constate  que les entreprises du secteur pharmaceutique ne respectent les délais d’origine de leurs projets que dans 30 à 40 % des cas ; et elles n’y parviennent souvent qu’en déployant des moyens exceptionnels et non prévus qui génèrent des surcoûts très importants. Un défaitisme s’est installé. On se laisse aller à penser que c’est dans la nature des projets. Après tout il y a dans tout projet – de nouveaux produits pharmaceutiques par exemple – des prises de risques, des choses jamais tentées auparavant, parce que l’innovation est impossible sans échec, etc. La pression étant presque insupportable, on finit par ne plus respecter les basiques du management de projet. »

Les raisons de vouloir réduire le Time-to-Market de ses projets d’innovation sont finalement très nombreuses : asseoir son avantage concurrentiel, rentabiliser plus rapidement son innovation, devenir le référent technologique sur son activité, optimiser ses process et son organisation interne, accélérer sa croissance… A la question initiale, « la réduction du Time-to-Market est-il un game-changer industriel », la réponse est clairement OUI !

Parmi les moyens présentés pour réduire le cycle de mise sur le marché d’un produit, la solution One2Team est une plateforme Cloud spécialisée dans la gestion de projets d’innovation. Elle permet aux entreprises comme le Groupe BEL de collaborer, designer et déployer leurs innovations beaucoup plus rapidement qu’avec leurs process traditionnels.

One2Team collects cookies to enable the proper functioning and security of our website, and help us offer you the best possible user experience. By clicking on Accept cookies, you consent to the use of these cookies. You can change your cookie settings at any time. For more information, please read the One2Team policy page.

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.